Return to site

KKSHISENSE8, dernier EP avant l’album de Népal

· Clément Damay

Chez 16 Mesures, nous aimons beaucoup de choses diverses et variées dans la musique et notamment dans le rap. Nous sommes fermés à aucuns styles, aucunes vibes musicales étranges, nous aimons la musique telle qu’un artiste souhaite la concevoir et l’interpréter. Et nous remercions la musique d’être aussi variée. L’artiste que nous allons vous parler aujourd’hui est un artiste qu’on apprécie particulièrement, à la fois pour son originalité et ses choix musicaux mais aussi pour le personnage qu’il a réussi à créer.

Connaître Népal

De son vrai nom civil Clément Di Fiore, Népal est un sans visage du rap français. Pour ceux qui n’auront pas capté cette référence à Game of Thrones, Népal fait partie de ces rappeurs comme Kalash Criminel, Kekra ou encore Siboy dont la réelle identité faciale est quasi inexistante. Membre de la 75e Session (qui cherche à mettre en valeur des artistes parisiens, comme cela a été le cas pour Georgio, Doums ou encore plus récemment Sopico, ndlr), il est par ailleurs un beatmaker de renom, sous le pseudonyme « KLM ». Il sera l’auteur de certaines pépites musicales comme Humanoïde de Nekfeu (lien vidéo) ou encore Jeunes Retraités (lien vidéo) de son compère Doums en compagnie d’Alpha Wann.

Mais Népal sait aussi donner de la voix. Il forme le duo 2Fingz, en compagnie de Doums, qu’on retrouva sur l’album Flip de Lomepal sur Lucy (lien vidéo) où ils réaliseront un des meilleurs passe-passe de tous les temps. Mais ils ont aussi sorti leur projet La Folie des Glandeurs en 2013, dont le second opus se fait attendre avec des titres déjà sortis : One Punch Man (lien vidéo) ou C’est mort (lien vidéo).

De son côté solo, en plus de son featuring sur Esquimaux (lien vidéo) extrait de l’album de Nekfeu Cyborg, Népal a déjà sorti deux autres EP : 444 Nuits en 2016 (qui est en plus le nom de sa tournée avec Doums, ndlr) et 445e Nuit en 2017. Voici quelques morceaux en solo ou en featuring qu’on vous conseille d’écouter : Rien de spécial (lien vidéo), YOLO (lien vidéo), Suga Suga (lien vidéo), Niveau 1 (lien vidéo) et Ennemis (lien vidéo).

Analyse KKSHISENSE8

Tout d’abord pour bien comprendre ce nouveau projet du rappeur parisien, il faut s’attarder sur le titre : KKSHISENSE8. Il se découpe en deux parties : KKSHI et SENSE8. La première « KKSHI » ou « Kakashi » est une référence au personnage de fiction Kakshi Hatake issu du manga du manga Naruto. C’est un ninja d’élite du célèbre village de Konoha, il se pourrait qu’il y ait une identification du rappeur à Kakashi. La seconde partie, « Sense 8 » est une référence directe à la série du même titre, où huit personnes, réparties à travers le monde, sont connectées sur les plans intellectuels, sensoriels et émotionnels. Et bizarrement, ce nouveau projet, comme son précédant 445e nuit, comporte huit titres…

C’est sans surprise que l’EP, dont il a produit (réalisé les prods, ndlr) toutes les tracks, s’ouvre sur un mood musical calme aux sonorités asiatiques propres au rappeur. C’est avec le morceau Omotesando (lien vidéo), en référence à l’avenue situé dans l’arrondissement Shibuya à Tokyo, que le projet démarre. En plus de la micro intro avec un instrument à corde japonais et la voix d’une femme sur Omotesando qui concluera aussi le morceau, on a tout au long de ce morceau des références aux animés comme Sangoten de Dragon Ball, Tobirama de Naruto ou encore Kilik issu de la serie de jeux vidéo Soul. Et pour terminer ce morceau, on a une véritable outro d’une minute sur un mood musical qui nous transporte de l’autre côté du monde dans ce magnifique pays qu’est le Japon.

Déjà présent sur les autres projets, cette influence japonaise qui a bercé toute une génération des années 90 semble ici être le réel fil conducteur du rappeur, car le second morceau s’intitule Evisu (lien vidéo) en référence directe à la marque japonaise (la fameuse vague sur les poches arrière de différentes marques Denim, ndlr). Autant la manière de rapper du premier morceau était très proche d’un slam, autant dans celui-là Népal réimpose son flow sur une prod calme et planante. Mais dans le morceau Babylone (lien vidéo) qui suit, on a un changement musical brutal, aux sonorités tristes et mélancoliques, où le refrain vient se confondre aux couplets car il garde un flow constant lors du morceau.

Ensuite, le projet s’enchaine avec le premier featuring : Gracy Hopkins sur 150cc (lien vidéo), en référence au fameux mode de jeu très rapide dans Mario Kart. Alors que le morceau semblait nous indiquer un morceau où la vitesse de kick allait être mise en avant, notamment avec le « May I have your attention please ? » d’Eminem au début, on a finalement affaire une démonstration de la technique lyricale qu’on retrouve aussi chez le rappeur américain.

Le morceau qui suit City of Lights (lien vidéo), reformant le duo 2Fingz, nous renvoi de nouveau dans ce mood imposé au début du projet, avec une prod qu’on pourrait trouver dans un animé. Au-delà de la qualité du morceau c’est avec un vrai bonheur de retrouver le duo dont le dernier featuring date de 445e nuit sur Deadpornstars (lien vidéo). City of Lights constitue un de nos morceaux préférés de KKSHISENSE8. Cette seconde collaboration vient s’opposer à la dernière du projet sur Necronomicon (lien vidéo) avec Bohemian Club. Le Necronomicon est un ouvrage fictif du mythe de Cthulhu par Philips Lovecraft, on ne sait pas sa réelle composition mais elle est d’origine maléfique. D’abord par le titre, opposition entre « light » (lumière en anglais, ndlr) et « necro » (du grec nekros : la mort, le cadavre, ndlr), mais aussi au niveau musical avec une prod plus obscure.

Enfin, l’avant dernier son Teczer (lien vidéo) est surement notre coup de cœur de ce projet. En effet, à la fois pour sa prod, pour le flow de Népal ainsi que le texte de ce dernier où l’on a des couplets denses avec des rimes externes et internes et un refrain simple formant une superbe homogénéité musicale en lien avec ce projet, dont ce dernier se clôture par Cloud8 (lien vidéo), un couplet unique sur prod planante sur un morceau court qui forme une belle outro.

Pour conclure, ce nouveau et dernier EP de Népal prouve encore son détachement des autres styles de rap mais aussi sa qualité d’artiste entre des textes travaillés, des prods réussites et cette facilité à nous transporter dans son univers. Avec ce nouvel EP tout à fait libre de téléchargement ici, Népal laisse un message qui annonce que son prochain projet sera son premier album et au vu de la qualité de ses précédents projets nous avons hâte de l’écouter.

3 punchlines de KKSHISENSE8 sélectionnées par 16 Mesures

« T’es comme Macron, t’es jeune, tu dis d’la merde du coup, on t’a signé. » - Omotesando

« Si tu veux rattraper mon run, j’t’ai laissé un fantôme sur la piste. » - 150cc

« J’passerai pas ma vie à m’octroyer l’mérite qui m’appartient ap,

Ni dans un taf de merde à compter le blet qui m’appartient ap. » - Teczer

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly