Return to site

UMLA, le missile d’Alpha Wann

· Clément Damay

Il aura fallu attendre pas moins de deux ans après son annonce dans Ouai Mec Remix (lien vidéo) en compagnie de Sneazzy et Nekfeu, pour entendre le premier album d’Alpha Wann : UMLA, Une Main Lave l’Autre. Entre tweets ironiques et extraits musicales lachés dans ses storys Instagram, le rappeur aura fait impatienter son public avant la sortie de cet album.

Connaître Alpha Wann

Technicité, vivacité et finesse lyricale, voilà comment on pourrait définir simplement le style du rappeur du 14ème arrondissement. Alpha Wann, bien que son nom de scène ressemble à un pseudonyme, il s’agit bel et bien de son véritable nom civil ; est à la fois membre du collectif L’Entourage dans lequel on retrouve S-Crew, Jazzy Bazz, Fonky Flav, Deen Burbigo, Eff Gee ou encore Doums ; mais aussi un membre de 1995 (dont les membres sont composés Sneazzy, Hologram Lo’, Nekfeu, Fonky Flav et Darryl Zeuja). C’est d’abord à travers ces collectifs que le Don, Phily Phal, OG Wann Kenobi ou encore La Fusillade a fait parler de lui. Voici quelques titres phares où il crache du feu, à écouter d’urgence si vous ne les connaissez pas : Soixante-Quinze (lien vidéo), Jeunes Entrepreneurs (lien vidéo), La Suite (lien vidéo) ou encore La Flemme (lien vidéo).

De son côté solo, Alpha Wann est l’auteur de la fameuse trilogie des Alph Lauren dont le dernier opus a été analysé avec soin par 16 Mesures. Une trilogie qui rencontra à chaque fois ses succès avec certains morceaux comme Flingtro (lien vidéo), Barcelone (lien vidéo), Lunettes Noires (lien vidéo), A deux pas (lien vidéo) ou encore Louvre (lien vidéo) et Turban (lien vidéo) du dernier opus.

Il a par ailleurs été toujours un excellent guest dans ses featurings. D’abord dans un projet commun avec Nekfeu, En Sous-Marin en 2011, où l’on retrouve le classique Monsieur Sable (lien vidéo) ou encore le très bon Du Sexe Opposé (lien vidéo). Mais on a aussi retrouvé Philly Flingue sur les albums de son compère sur Point d’interrogation (lien vidéo) dans l’album Feu et Vinyle (lien vidéo) dans Cyborg ; par ailleurs sur Parle pas Trop (lien vidéo) de Sneazzy en compagnie de Caballero et Doums et tout fraichement sur Vivre Bien d’Infinit’ (lien vidéo).

Analyse UMLA (Une Main Lave l’Autre)

En plus d’avoir un intitulé qui dégage énormément de charisme, la cover de cet album en a tout autant, à la fois pour sa qualité, le style, la représentation du titre et le fil directeur de cet album mais aussi pour ses couleurs.

Au-delà de l’esthétique externe du projet, on a aussi un véritable travail fait dans l’enchainement des morceaux car il y a très peu de ruptures musicales, comme si l’album était en réalité qu’un seul morceau composé de différentes instrumentales.

Tout au long de cet album, on a un réel fil conducteur sur l’expression « Une Main lave l’autre » dite par le discours d’un homme dont on ne sait qui c’est, et qu’on retrouve en plusieurs parties dans certains morceaux d’UMLA ; qui signifie l’entraide, une volonté « de s’aider mutuellement pour que tout tourne » tel est l’explication du rappeur au micro de Yard (lien vidéo).

Nous avons écouté une multitude d’albums de différents styles mais rares sont ceux qui dès le premier morceau nous ont mis une claque, et Le Piège, morceau qui ouvre Une Main Lave l’Autre, nous a giflé. Ce flow, cette manière de poser sur l’excellente prod de Hologram Lo’ et VM The Don ainsi que le texte offert par Alpha Wann nous a véritablement stupéfait. En plus de nous avoir impressionné dans le freestyle Pistolet Rose (lien vidéo) sorti quelques heures avant l’album, c’est tout au long du projet qu’Alpha Wann nous a régalé. Entre la rapidité et la puissance de Starsky & Hutch, le monstrueux Stupéfiant & Noir (lien vidéo) et la technicité de Flamme Olympique, le début d’album était vraiment très séduisant, autant que le morceau Contrex qui vient plus tard dans le projet.

Au-delà des morceaux où le rappeur parisien démontre sa qualité de kickeur, on a des morceaux beaucoup plus calmes et plus doux. Effectivement après huit morceaux brulants, la douceur de Pour celles vient agrémenter le charme du morceau. Sur des couplets très rythmés et un refrain répétitif : « Ça, c’est pour celles que j’kiffais mais qui m’kiffaient pas. » ; le rappeur parisien vient se confier sur ses relations avec le sexe opposé, avec assez souvent quelques marques d’ironie. Ensuite, il faudra attendre la quinzième track pour trouver un peu de fraicheur dans ce feu musical, Fugees, en référence au groupe américain des années 80/90, est lui, un morceau très réussi.

Que serait un album sans quelques collaborations ? Bien qu’il ait annoncé avoir retiré le couplet de Nekfeu sur Langage Crypté et un morceau avec Atebaya (anciennement Joke, ndlr), le casting choisi reste d’une très grande qualité. Dans un premier temps, on retrouve son compère de Don Dada Records, Infinit’, sur Le Tour. Alors qu’on s’attendait à une collaboration classique, on retrouve Alpha Wann sur les refrains et Infinit’ sur les couplets, un choix de rôle assez inhabituel, il y a une vraie volonté de mettre en avant Infinit’ et c’est une réussite car le son est excellent. Cette volonté de mettre en valeur un artiste est aussi présente dans 1500 qui est découpé en deux parties. En effet, la première partie, dont la prod est allé raisonner dans nos cœurs musicaux, est assurée par Alpha (on aurait très bien vu un guest comme S.Pri Noir déposé quelques mesures sur cette dernière, ndlr). Puis, sur une autre prod, on retrouve OG L’Enf cracher son feu. Pendant que Diabi pose sa voix sur les pré-refrains et refrains de Fugees, Sneazzy et Doums lâchent des couplets très brulants respectivement sur Parachute Chanel et La Lumière dans le Noir, dont ce dernier a été un coup de foudre musicale pour 16 Mesures.

Le morceau Stupéfiant & Noir, sorti cet été, nous avait clairement fait impatienter tout comme le second single Ca va ensemble (lien vidéo). Ce dernier a été le premier morceau réalisé du projet. Découpé en trois, la première dont l’écriture reste tout à fait originale en associant des éléments qui vont ensemble, a été clippé laissant les deux autres parties comme des morceaux cachés de l’album. Ces deux singles étaient bien loin de ce que nous allions nous attendre dans UMLA. D’abord que dire de Cascade Remix ? C’est surement un des morceaux les plus réussis de ce projet, le flow, les lyrics, la prod, les étoiles se sont alignées pour former cette comète musicale et une seconde pour Langage Crypté où Alpha démarre dès la première seconde du morceau. Mais parmi, les nombreuses claques reçues, c’est celle réalisée par Olive & Tom qui nous a le plus marquée. Elle démarre par une légère intro où il parle à un gamin de son quartier (c’est la voix du rappeur trafiquée, ndlr), et ce dernier va rapper le premier couplet du morceau, créant un featuring avec lui-même. 16 Mesures ira même jusqu’à dire que cette rencontre se fait entre Alpha Wann et lui-même plus jeune.

L’album se termine par le titre éponyme de cet album et Macro. Une Main Lave l’Autre est un morceau très calme et où la force d’écriture vient surpasser le morceau. Dans ce morceau, Philly Phaal retrace sa vie et la remet en question à travers ses actes et surtout ses sentiments, c’est un morceau vraiment très personnel qui explique mieux le fil conducteur de l’album, son lien avec lui-même et avec la société.

Enfin, Macro vient achever le premier album d’Alpha Wann. Un morceau blindé de références avec entre autre Salif, Jean Jacques Dessalines ou encore Maître Gims, un morceau avec des phases très égotrip, dans un style très propre au rappeur qu’on avait pu retrouver dans la trilogie Alph Lauren.

Pour conclure, il est encore tôt pour classifier cet album de classique surtout que c’est un point de vue subjectif, mais en tout cas on a reçu une réelle claque et l’attente de cet album est tout à fait justifiée. Pour réellement comprendre cet album, il faut l’écouter plusieurs fois car la technique lyricale d’Alpha, dont il est le maître dans le jeu et le sens des mots, peut être un vrai casse-tête dans son explication. Bien que cela ne soit que notre avis, et que chaque avis est juste, pour nous, il s’agit d’un des meilleurs albums de l’année ou du moins, le plus vrai et le plus frai de l’année.

6 punchlines d’UMLA sélectionnées par 16 Mesures

« Tu l’appelles Mère Patrie, j’l’appelle Dame Nation. » - Le Piège

« Du jamais vu comme un manchot édenté qui s’en mord les doigts. » - Le Tour, Infinit’

« J’rêve devant les seins qu’j’vois, ma go, c’est Madame cinq doigts. » - Pour celles

« Tu veux cacher quelque chose à Philly Flingue, mets le dans une boutique Philippe Plein. » - Contrex

« Une main lave l’autre mais elles se joignent pour laver l’visage. » - Une Main Lave l’Autre

« Ma vie est flinguée, c’est moi le tireur, quelle honte. » - Une Main Lave l’Autre

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly