Return to site

Vidalo$$a, la bombe estivale de Dosseh

· Clément Damay

Alors que la période estivale de juillet – août est assez réputée pour être une période creuse dans les nouveautés musicales. En effet, les artistes sortent généralement leur album en juin pour que leurs titres phares soient joués tout l’été. Mais certains aiment bien casser ces codes, et c’est le cas de Dosseh qui le 6 juillet dernier a sorti son deuxième album : Vidalo$$a.

Connaître Dosseh

Si vous êtes des amateurs de rap, cela serait surprenant que vous n’ayez jamais entendu le nom de Dosseh ou l’un de ses nombreux morceaux phares. De son vrai nom Dosseh Dorian N’Goumou, n’est pas un rappeur de la dernière vague et il faudrait bien plus que trois paragraphes pour vous présenter le rappeur d’origine camerounaise et togolaise.

En effet, le rappeur de 33 ans avait déjà sorti sept mixtapes, dont la première vit le jour en 2004, avant de sortir l’album Yuri en 2016 puis Vidalo$$a en ce juillet 2018. Pendant ces années, Dosseh a par ailleurs fait parler de son talent et a fait résonner sa voix à travers de nombreux featurings comme Miley avec Joke (qui s’est renommé Atebaya, ndlr) (lien vidéo), ou toujours avec ce dernier sur Le Coup du Patron en compagnie de Gradur (lien vidéo), ou encore 45 Scientific sur l’album Lunatic de Booba (lien vidéo).

Mais au-delà des projets musicaux, Dosseh s’est aussi essayé au cinéma en réalisant son premier long métrage en 2013 qui s’intitule Karma (disponible dans son entièreté sur sa chaine youtube : lien vidéo). Un premier film qui s’accompagne d’une bande originale aussi réalisée par le rappeur d’Orléans.

Bien que cela fasse plusieurs années que Dosseh est implanté sur la scène du rap francophone, c’est récemment que cette dernière l’a fait le plus briller sous les projecteurs. Effectivement le rappeur a tapé du poing sur la table avec son premier album Yuri en y invitant Booba sur le classique Infréquentables (lien vidéo), Nekfeu sur Putain d’Epoque pour une énorme claque lyricale et visuelle pour le clip, qui a malheureusement été supprimé pour plagiat d’une œuvre de Kader Attia (mais pour les plus malins vous pouvez toujours arriver à le visionner…, ndlr). L’artiste avait aussi invité Young Thug et Tory Lanez. Tout cela assemblé aux excellents Afrikan History X (lien vidéo), 25 décembre ou Abel & Caïn (lien vidéo).

Analyse Vidalo$$a

Après sa première bombe nommée Yuri et certifiée disque d’or, Dosseh était très attendu au tournant. Avant d’annoncer son nouvel album Vidalo$$a, le rappeur livra deux featurings : le premier avec Sadek sur Tout est neuf (lien vidéo) et le second avec 13 Block sur Papillon (lien vidéo) ; mais aussi les morceaux PDCV (Pas dans cette vie) (lien vidéo) et KFC (lien vidéo) qui étaient tout à fait alléchants. Ces quatre morceaux figurent sur l’album physique, mais l’on retrouve seulement KFC sur la version streaming. Vidalo$$a est un album composé de dix-neuf morceaux, qui avant même sa sortie officielle, aux yeux du public, comportait déjà un chef d’œuvre : Habitué (lien vidéo). Ce chef d’œuvre musical aussi poignant que puissant a été un véritable moteur pour le rappeur d’Orléans et un véritable hit de l’été 2018.

L’album ouvre sur le morceau Voilà Pourquoi, un morceau qui sert d’introduction à la fois pour son énergie qui est représentative du reste du projet mais aussi dans sa formation avec la présence de deux couplets séparés par un refrain simple et répétitif. Une énergie agressive que l’on retrouve dans le second morceau du projet dans Pour vous par nous et dans les premiers extraits de l’album KFC et PDCV (Pas dans cette vie).

Bien que certains choix artistiques de Dosseh rendent certains morceaux énergiques, d’autres viennent totalement s’opposer à ces derniers. Par exemple sur le morceau A chaque jour… (un véritable coup de cœur 16 Mesures, ndlr), on retrouve un Dosseh plus calme et plus mélancolique, dont la plume vient apporter une force surprenante au morceau. Nous conseillons à ceux qui pensent que le rap est un art d’analphabète ou un sous-art de la musique, d’écouter cette merveille (cc Eric Zemmour, ndlr). Par ailleurs, le morceau éponyme de l’album rentre dans ce même registre. Dans Vidalossa, le rappeur orléanais raconte ses pensées et sa force de caractère face aux moments de la vie, une force très ressentie dans l’écriture de ce dernier tout comme dans le morceau Paris en août ou dans l’incroyable couplet unique de La rue c’est rasoir.

D’un autre côté, Dosseh signe un album varié, où des morceaux aux messages personnels ont aussi pour but d’avoir une rythmique entrainante comme dans Sommet ou encore dans le très bon Toit du monde où le rappeur n’hésite pas, en plus des ponts et des refrains similaires, à cloner certaines mesures du premier couplet et à les utiliser dans le second.

Un des sujets les plus mystérieux de cet album est celui des femmes. En effet bien qu’il y est des allusions au sexe opposé dans certains morceaux, il n’existe qu’un seul morceau où le sujet est évoqué de la première à la dernière mesure : Ma keh à moi. Ce morceau raconte l’histoire d’une michto (personne sans réels sentiments, attirée par la richesse et la popularité, ndlr) envers qui il ressent un certain attachement bien qu’elle aille voir ailleurs par envie de richesse et par envie de célébrité.

Enfin, le rappeur d’Orléans a invité du beau monde dans ce nouvel album. Après le classique Infréquentables du premier album, Booba s’invite à la fête dans MQTB (lien vidéo). Ce morceau est une des bombes du projet où les deux rappeurs vont kicker très fort sur de grosses basses et une prod relativement rapide. Dans le même registre musical mais cette fois-ci en compagnie de Lacrim, Dosseh va détourner le fameux : « One, Two, Three : Viva l’Algérie ! » en « One, Two, Three : Viva la Téci ! » pour le refrain de VLT (lien vidéo). Cette volonté de kicker fort est aussi présente dans les morceaux Tout est neuf avec Sadek et Papillon avec 13Block.

Dans un tout autre registre, on retrouve Dosseh sur une instru très entrainante et estivale, accompagné de la voix de Vegedream sur les refrains de Princes de la ville. Le featuring avec Kalash connait lui aussi sa dose de fraicheur et de soleil. Sur une rythmique entrainante et un refrain calme du rappeur martiniquais, Jet Privé vient apporter un contraste avec d’autres morceaux de l’album.

Par ailleurs, Dosseh a invité trois autres rappeurs originaires d’Orléans : Bisz, PPros et Votorious sur le morceau 45atmo en référence au chef-lieu du Loiret. Ces featurings viennent faire échos à celui avec Vegedream sur Princes de la ville (d’Orléans, ndlr). Leur présence montre à la fois une certaine fierté envers sa ville d’origine et une volonté de mettre à profit sa notoriété et sa lumière pour exposer les autres talents musicaux d’Orléans.

Pour conclure, après l’excellent Yuri, Dosseh nous livre un second album d’une qualité encore supérieure au précédant. En effet, enivré par le chef d’œuvre Habitué, Vidalo$$a est une des plus grandes réussites musicales de cette année. Entre des invités de qualités, des morceaux variés comprenant une force aussi musicale que lyricale, Dosseh a su taper assez fort son poing sur la table pour se faire entendre au-delà du milieu du rap.

5 punchlines de Vidalo$$a séléctionnées par 16 Mesures

« Tendre la main à des bras cassés

C’est prendre les risques d’chopper leurs maladies. » - MQTB

« Pardonne-moi, j’voulais juste entrer dans toi pas dans ta vie. » - A chaque jour…

« Personne n'arrête les balles, même avec les réflexes à Donnarumma. » - VLT

« La rue est traître et la vie est trompeuse

Fait mal au cul comme sodomie forcée. » - La rue c’est rasoir

« Pendant des piges j'ai attendu que ma vie change

Puis j'ai fini par comprendre que c'était elle qui attendait qu'je change. » - Habitué

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly